L'Edito du Président

L'UNATRANS fait peau neuve            

Les médias en parlent moins et nous devons sans doute nous en réjouir. Je veux parler des combats que nos soldats continuent de mener de par le monde et notamment dans la bande sahélo-saharienne. Nous ne devons toutefois pas oublier que ces actions de guerre sont dures et force est de constater que nos troupes ont encore subi des pertes au cours de ce premier semestre 2019.

En métropole également, nos forces de sécurité ont été très engagées. Une nouvelle fois, comme toujours, en pensant à toutes celles et à tous ceux qui œuvrent pour nous protéger, nous rendons hommage à la mémoire de ceux qui nous ont quittés et nous apportons notre soutien à ceux qui souffrent dans leur chair.

Au plan des activités, la grande figure du général FERRIÉ a encore été mise à l’honneur par deux fois, le 28 février à Paris et le 28 mai à Draguignan, à l’initiative de la Principale du collège Général Ferrié de cette cité varoise. Deux visites passionnantes nous ont aussi été proposées, celle de la compagnie SIC de la Brigade des Sapeurs-pompiers de Paris à Saint-Ouen le 19 mars et celle des laboratoires d’Orange à Châtillon dans lesquels travaille la lauréate du Prix Ferrié 2018 le 11 avril.

Mais les six premiers mois de l’année ont surtout été occupés par la préparation de la publication des Actes du colloque de septembre 2018 consacrés au 150 ème anniversaire des transmissions militaires dont le lancement officiel s’est déroulé au Fort de Bicêtre le 27 juin, et par la tenue de nos assemblées générales, ordinaire et extraordinaire.

L’UNATRANS est ainsi très satisfaite de laisser aux jeunes générations un nouveau travail académique consacré aux transmissions militaires, en espérant qu’elles sauront à leur tour apporter en temps opportun les résultats de nouvelles recherches. L’Histoire s’écrit, s’amende et s’enrichit en permanence. Vous découvrirez dans ces pages quel heureux concours de circonstance nous a permis de retrouver la plaque Centre lieutenant-colonel ROMON qui avait été apposée en 1948 dans les locaux du centre de transmissions de Mayence.

Par ailleurs, il fallait qu’après deux ans de réflexions nous parvenions à proposer une nouvelle version des statuts de notre association, les anciens n’étant plus d’actualité.

Il appartient désormais à l’équipe qui compose notre conseil d’administration de continuer à faire vivre l’UNATRANS.

Comme pour beaucoup d’associations patriotiques, la disparition nous guette en raison du vieillissement des adhérents, notamment les plus actifs que je veux encore remercier très chaleureusement pour leur présence joyeuse et leur engagement.

Je forme des vœux pour que nous trouvions les voies et moyens d’intéresser les plus jeunes à nos activités.

Une piste n’est-elle pas de nous rapprocher, sous une forme ou sous une autre, des formations d’active ? 

                                                                                           GDI Yves-Tristan Boissan